PAR THEMES

Economie, transport, urbanisme, démocratie, loisirs, sécurité… le programme par thèmes

A ECONOMIE : DETTE, GESTION, COMMERCES.

1 La dette.

La dette municipale : un endettement chronique.

Depuis 18 ans, une incapacité permanente à sortir du surendettement. Données : Journal du net, d’après le ministère de l’économie. Les données montrent la totalité de l’endettement.

Grenoble est la proie d’un surendettement chronique depuis des années.

Au 31 décembre 2017, nous devions 281 millions d’euros, soit 1720 € par habitant. Ces 18 dernières années, nous avons remboursé chaque année en moyenne 37 millions d’euros, dont une part importante pour les seuls intérêts.

Pour nous libérer d’une situation financière proche de la banqueroute et reprendre notre pouvoir sur le destin de notre ville et de notre futur, voici ma proposition politique :

1 Création d’une micro-banque municipale à vocation unique : le remboursement de la dette.
2 Lancement d’un emprunt libre et participatif auprès des Grenoblois à hauteur de 281 millions d’euros.
3 Remboursement de la dette municipale auprès de nos partenaires bancaires.
4 Remboursement des emprunts participatifs des Grenoblois avec les annuités versées annuellement aux banques.
5 Versement des intérêts aux Grenoblois prêteurs.

Intérêts :

  • Efficace: disparition de la dette en moins de 10 ans.
  • Responsable : chacun amène ce qu’il veut ou ce qu’il peut.
  • Juste : versement des intérêts bancaires à ceux qui auront avancés de l’argent pour les autres.

PRINCIPE DE RESPONSABILITÉ : il appartiendra à chaque Grenoblois de savoir s’il veut continuer à vivre sous le régime financier de la dette ou s’il décide de s’en libérer en investissant une part de son argent personnel.


DETTE MUNICIPALE GRENOBLE
Regards poétiques et gestions pragmatique sont parfaitement compatibles. Co-création Fabien Cominotti et Jean Duverdier.

2 La gestion des finances municipales en 4 principes :

1 Principe de vérification : les comptes municipaux seront vérifiés par un cabinet comptable indépendant et délocalisé au début de la mandature et à sa fin.

2 Principe d’équilibre budgétaire : les dépenses doivent être en équilibre avec les recettes.

3 Principe de démocratie : le budget sera mis au vote du Sénat des Grenoblois.

4 Principe de financement : en fin de mandature la mairie fait des bénéfices.

3 Commerces et économie locale en 3 principes :

1 La municipalité créée trois facteurs générateurs d’un commerce sain et dynamique :

  • développement d’une architecture d’habitat aux façades esthétiquement attrayantes, propres au développement culturel et touristique de la ville.
  • un développement de la présence policière visible et permanente dans le centre ville, sous le principe des Bobbies Anglais.
  • une  plus grande attention à la propreté des lieux et des espaces publics.

2 La municipalité a une fibre entrepreneuriale avec les commerces et les entreprises Grenobloises, elle prend avis auprès d’eux et les écoute. Elle entretient un lien fort et réel. Elle ne développera pas de nouvelle zone commerciale sur son territoire et s’y opposera. Sauf niche spécifique éventuelle, l’offre commerciale est déjà très largement suffisante sur Grenoble.

3 La municipalité développera un rôle de leader à l’international dans les procédés décarbonés et à basse consommation d’énergie, notamment dans le domaine de la construction, du transport et des modes de vie. Elle souhaite encourager le développement des entreprises existantes sur son territoire vers ces métiers d’avenir proche. La raréfaction de l’énergie va entraîner à court terme un nouveau marché sur lequel un positionnement immédiat est profitable aux entreprises ou aux créations d’entreprises locales.

Il sera créé un pôle technologique basé sur le bénévolat visant à développer des objets à longue durée de vie (machine à laver, par exemple) et à les commercialiser. Cela afin de répondre aux phénomènes d’obsolescence de plus en plus courts et marqués.

B Transports et déplacements

Vision : donner foi à chacun dans une vie bien plus agréable sans la nécessité d’un véhicule motorisé personnel en ville.

Objectif poursuivis : 

  • Pouvoir se déplacer confortablement en cycle dans toute la ville  24/24, 365 jours par an.
  • Diminuer par deux le nombre de véhicules thermiques sur la ville en six ans (sur décision individuelle volontaire uniquement).

Nécessité commune : création d’infrastructures routières couvertes pour les déplacements individuels (vélos, vélos électriques, trottinettes…) sur tout le territoire communal.

Infrastructures nécessaires : 

Création de deux axes centraux grande capacité (Double voie cyclable couverte avec capacité de 3 vélos de front par voie largeur 9 mètres).  Voir illustration.

Axe Est ouest : boulevard Joseph Vallier / Joffre.

Axe Nord Sud : Boulevard Libération / Jean Jaurès.

Maillage secondaire : sur toutes les voies parallèles ou perpendiculaires, une route sur 4 est couverte et exclusivement dédiée à la circulation verte dans toute la ville.

Double voie cyclable couverte grande capacité

Un monde sans voiture nécessite la création d’importantes infrastructures tout temps. Projet de création d’une route cyclable couverte tout temps 24h/24 grande capacité largeur 9 mètres. Ici au début du boulevard Joseph Vallier. Image non contractuelle. Création : 3Dplus.fr

Accompagnements parallèles : 

  • Augmentation des rotations des transports en commun et du nombre de tramway et bus. Extension des tranches horaires, plus tôt le matin, pour assurer le confort des travailleurs non véhiculés sur leur lieu de travail / pour assurer le confort des départs Grenoble Paris du TGV de 5h19.
  • Généralisation d’une présence humaine bienveillante pour assurer la sérénité des usagers dans les transports en commun et dans l’espace communal 24/24. Le sentiment de tranquillité et de confort des transport en commun est une priorité centrale.
  • Demande de développement par les constructeurs Français d’un véhicule compacte basse consommation type « Smart » avec les caractéristiques initiales suivantes : 3 places, 300 kilogrammes, 130 km/h en pointe, 1,5 l/100km, motorisation essence. Véhicule destiné à tous ceux qui ont la nécessité impérative d’être véhiculés. En cas de refus de développement, un pôle technique municipal basé sur le bénévolat développerait le projet de conception.
  • Création d’une centrale d’achat pour les moyens de transport vert (vélo électrique, transporteur…) afin de diminuer les coûts pour les Grenoblois. La centrale peut être redistributrice auprès des marchands locaux pour maintenir l’emploi.
  • Accent sur la protection des cycles contre le vol sur le territoire communale, dont la gare.
  •  Multiplication de l’offre d’autopartage sur toute la ville, soit par développement des solutions déjà existantes, soit par création d’une centrale d’autopartage municipale.
  • Toutes les propositions sur les solutions de déplacement peu énergivores seront étudiées : nous poursuivons un objectif, non un projet personnel.

PRINCIPE DE LA RESPONSABILITÉ  : Concernant les transports en commun il sera procédé à l’essai suivant :

« Durant une année entière, le prix des transports en commun sera laissé à la libre décision de chacun, en fonction de sa situation, de son ressenti et de son souhait de solidarité. Chacun aura le choix de payer ou non le prix proposé, de payer plus pour exprimer sa solidarité, de payer moins en fonction de son choix ou de ne pas payer du tout. Un audit indépendant en début et en fin d’essai seront menés, donneront lieu à une conclusion et une nouvelle proposition. »

Concernant la vie sans voiture, le principe de responsabilité repose sur une décision personnelle et volontaire de l’abandon de son véhicule. Il n’y a aucune obligation d’aucune sorte.


C urbanisme et architecture

L’urbanisme développé, que l’on peut appliquer à toutes les villes de France, a pour caractéristiques :

1 Une densification de l’espace urbain, resserré autour du centre, pour diminuer ou supprimer les ruptures entre le noyau de la ville et sa périphérie.

Toute rupture avec le noyau central conduit à un phénomène de distinction centre-ville / banlieue qui sépare les populations et développe les antagonismes. Par une densification des espaces intermédiaires, on conduit à une unification de la ville en un territoire continu et à une unité territoriale de sa population : il n’y a alors plus, ou moins, de ségrégation spatiale.

Une construction des immeubles selon le principe historique de « l’îlot d’immeuble avec cour intérieure » tels qu’ils existent par exemple en hypercentre sous forme d’immeuble 19ème ou autour des grands boulevards avec des immeubles des années 1930/70.

Ces constructions historiques en îlot ont pour inconvénients une absence de vue et un phénomène de résonance des bruits de la cours intérieure, mais ont en contrepartie des avantages décisifs sur les autres types de construction :

  • hétérogénéité spontanée des classes sociales en fonction des étages sur tout le territoire.
  • forte densité d’habitat peu consommatrice d’espace.
  • présence de commerces de proximité en bas des immeubles favorisant l’emploi.
  • habitat et espace urbain agréable à vivre et très homogène.
  • type d’urbanisme spontané à développement historique et faisant ses preuves.

Le vivre ensemble est d’abord un modèle urbain continu et unifié. Là où il y a des fractures urbaines, il y a des fractures sociales, des incompréhensions et des antagonismes. Là où il y a espace continu et unifié, il y a lien et unité. La ville doit géographiquement être une et indivisible. Le pouvoir municipal doit tout mettre en oeuvre pour créer cette unité.

L’architecture développée est une architecture exclusivement à basse consommation, peu carbonée et construite localement. Les performances développées doivent être de type habitat passif ou à création d’énergie. A une échéance de 30 ans la ville doit être totalement autonome en énergie.

L’architecture des façades est esthétique et agréable à la vue : les immeubles d’habitation auront ainsi pour mission de loger les habitants et aussi de construire le patrimoine architectural et culturel de la ville, propre à l’agrément de chacun, au tourisme et au commerce.

Les constructions élevées seront des immeubles de 5/6 étages.

Les constructions seront simples, aux formes douces, ornées d’éléments d’agréments esthétiques.

Les normes de construction seront simplifiées au maximum afin de diminuer les coûts, faciliter les créations, harmoniser le bâtit urbain.


PRINCIPE DE RESPONSABILITÉ : il sera laissé aux propriétaires de maison ou de construction nécessitant d’être détruites pour réorganiser la ville d’accepter de vendre ou non leur bien. Il n’y aura peut être pas de ville nouvelle, mais il n’y aura pas de menace d’expulsion envers des propriétaires. La responsabilité personnelle de participer à l’union collective ne peut être faite sans le consentement express de chacun, ni sans sa joie de participer à l’intérêt général. (Cela paraîtra étrange à certains, mais la joie de participer à l’intérêt de tous existe, et c’est un sentiment extrêmement vivifiant.)


Grenoble architecture et urbanisme

Il sera construit un habitat densifié, continu et agréable à vivre à l’image du quartier Championnet ou du quartier de l’Etoile, par exemple,, les avantages de la construction à partir du modèle historique « îlot d’immeuble avec cour intérieure » l’emportant nettement sur la construction à partir de modèles intellectuels type « Grands ensembles » qui fracturent l’espace urbain et favorisent  les antagonismes et les stigmatisations entre populations d’une même ville.

D Démocratie directe et égalité politique

Le sénat des Grenoblois.

Au plus tard un an après le résultat des élections, il sera mis en place un système de vote électronique, nommé « Sénat des Grenoblois« , donnant à chaque Grenoblois inscrit sur les listes électorales la possibilité de voter les grandes décisions, dont le budget.

Afin d’être un organe de démocratie local réel et ne s’émoussant pas, il est proposé deux sessions de vote par an à date fixe.

Le sénat des Grenoblois proposera aussi de mettre au vote des questions soumises par les Grenoblois eux-mêmessur un ensemble commun à tous, le forum. Toute proposition recevant plus de 5 % d’accord de la part des votants sera également mis au vote lors des réunion du conseil municipal.

Qu’il soit donné un poids égal à chacun dans les décisions de tous. 


PRINCIPE DE RESPONSABILITÉ : chacun est libre de  consacrer ou non quelques heures de sa vie pour voter le devenir de la collectivité, action qui lui donne le même pouvoir politique que le premier représentant de la ville. C’est un jour d’expression d’unité politique de la ville, donc un jour de liesse.


E Loisirs et vacances

La maison des grenoblois

Une maison à la campagne, ça vous dirait ?

Destination Clelles  -par exemple- à une heure de Grenoble en TER depuis la gare.

La ville achète une grosse bâtisse et en avant les vacances pour un prix modique en famille, à n’importe quelle époque de l’année. Vélo, vertes prairies et bois environnant pour courir en liberté avec les enfants. Moi, ça me fait rêver ! Et vous ?

La maison des Grenoblois

Une (ou plusieurs) maison(s) des Grenoblois à la campagne, pour tous, pour chacun, pour se retrouver, pour se ressourcer, à un prix modique. Qu’attendons-nous ?

Autre option, achat d’un bien immobilier avec chantier bénévoles pour la rénovation dans la joie et la bonne humeur et à notre rythme, il y aura surement des Grenoblois volontaires plus nombreux qu’on ne croit ! A l’issu de la rénovation, mise à disposition pour les vacances des Grenoblois pour un prix modique. La construction de la ville, son enrichissement, c’est aussi une manière d’être solidaire de tous, à son rythme, à sa façon. Mais dites, à y réfléchir, pourquoi ça n’existe pas déjà ?

La terre des libertés 4-17 ans

Création d’un espace de liberté en plein air destiné aux MJC de la ville. (Activités de plein air, activités de jardinages et de découvertes, encadrées ou non selon les espaces). Surface : 5000 m² Lieu de création : à déterminer. Parc Mistral éventuellement.

Le village des cabanes

Espace de loisirs libres ou chacun peut construire une cabane et en être l’occupant à titre de divertissement durant un temps long (3 ans) encadré par une limitation des moyens employés. Lieu de création : à déterminer. Parc Mistral éventuellement.


Principe de responsabilité : que chacun puisse créer à son rythme et à son envie, de la richesse pour sa ville. Que chacun puisse bénéficier justement de cette richesse donnée par autrui.


F – Sécurité

La sécurité est l’expression de la puissance des citoyens sur leur territoire.

Le sentiment de sécurité sur la ville est composé de deux manières. La première est ordinaire, la seconde est extraordinaire.

Sécurité extraordinaire : en cas de disparition d’enfant ou d’adolescent ayant un caractère inquiétant dans la ville, une cellule de recherche composée de membres de la police municipale est immédiatement mise en place, en complément de toute autre structure (police nationale…). Dans le même temps, un signal d’alerte et de diffusion, dont le mode et les canaux seront à définir, est adressé à tous les habitants.

Principe de solidarité majeure : si un enfant de la ville disparaît, toute la ville le cherche.

La peur de tout parent de voir un jour son enfant disparaître doit être diminuée par la connaissance d’un soutien collectif déployé dans une telle situation. Ainsi la ville existe en chacun.

Sécurité ordinaire : la sécurité ordinaire est le sentiment de paix, de tranquillité, de quiétude que doit pouvoir ressentir tout citoyen sur le territoire de la ville.

Deux moyens principaux sont employés :

Le premier est l’expression visible de la puissance de la ville que représente la police municipale. Les effectifs seront vraisemblablement doublés. Ils auront pour principale mission la protection des biens et des personnes. La police municipale ayant pour seule mission d’être au service de ses habitants, elle n’effectuera plus de mission de verbalisation, qui seront déléguées.

La police municipale est une police de paix, non armée, hautement qualifiée tant physiquement que psychiquement. Elle est à l’esprit du Bobby anglais, figure d’autorité bienveillante dans l’espace public.

Elle est régulièrement formée, régulièrement entraînée, accompagnée et soutenue par sa municipalité, qui veille tant à l’exercice de sa pacifique et bienveillante mission qu’à la protection de ses représentants.

La police municipale est composée de patrouille pédestres régulières, visibles plusieurs fois par jour -et par nuit- dans tous les quartiers de la ville. Elle devient en effet active nuit et jour, 24 h/24, 365 jours par an. Elle est particulièrement présente dans les transports en commun, devant les écoles, les lieux de commerce et la gare, qui accueille touristes et voyageurs.

Par ses rondes permanentes sur tous les secteurs, elle exerce un sentiment rassurant pour les personnes âgés qui peuvent se déplacer en confiance.

Le deuxième est un principe de rupture des chaînes de violence. Travail exclusivement en amont, il consiste d’une part à la diffusion de cours de Communication Non Violente, de cours sur la connaissance de soi, de travaux corporels qui, selon les publics, pourront très bien commencer par de la boxe thaïlandaise dès lors qu’ils finissent par de la relaxation ; ou commencer directement par de la relaxation si les arts de frappes ne sont pas nécessaires pour instaurer un dialogue. Public : jeunesse, école, centres de loisirs, maisons de quartier et école de la mairie. Il consiste d’autre part à l’enseignement d’un espoir dans la construction de leur futur d’homme et de femme diffusé par des personnalités extérieures, parfois nationalement ou mondialement reconnues et invitées par la mairie. Un poste municipal sera consacré à cette recherche. Pour qu’un individu puisse se projeter dans le futur, il est parfois nécessaire de lui en montrer le chemin. Là encore, les ressentis de colères, d’injustice, d’impuissance ou de résignation doivent être travaillés dans leurs causes profondes pour qu’ils puissent se transformer en ressentis positifs.