Tant va la dette…

A La dette

Toute chose peut être développé à l’infini, ou être simplifié. Soyons simple : le budget d’une ville a exactement les mêmes principes généraux que le budget d’un ménage.

Si vous empruntez de l’argent et qu’il vous est difficile de vivre normalement et de faire des projets futurs, vous êtes en situation de surendettement.

La ville de Grenoble est endettée depuis longtemps. L’endettement est normal quand il correspond à un investissement avec la création d’une valeur, matérielle ou non matérielle, mais qui peut être mesurée.

L’endettement devient anormal quand il compromet les projets futurs, la marche habituelle de la ville, ou qu’il est chronique, c’est à dire quand la dette devient permanente.

Voici deux graphiques de la dette Grenobloise. Les données proviennent du Journal du Net, d’après le ministère de l’économie :

Sur ce graphique partiel, on constate qu’entre 2001 et 2017, la dette de la ville augmente d’environs 17 millions d’euros. Elle passe de 264 millions en 2000 à 281 millions en 2017. En 18 ans, le montant total de la dette n’a pas diminué mais a augmenté : c’est une situation de surendettement.

Le premier graphique a pour inconvénient d’être partiel, c’est à dire qu’il ne représente pas la totalité de la dette mais une toute petite partie (regardez, il commence à 250 millions d’euros).

Si on construit un graphique représentant la totalité de la somme due, on se rend compte que les variations de la dette sont très faibles face à sa totalité : c’est une situation de surendettement chronique. On peut dire que la ville vit à crédit.

Si l’investissement est nécessaire et utile, le surendettement présente plusieurs dangers grave :

1 Il diminue la puissance économique de la ville à court, moyen et long terme.

2 Il est coûteux en intérêts, payés par les habitants en pure perte.

3 Il empêche les investissements futurs nécessaires.

4 Il augmente la fiscalité locale et diminue les services aux habitants.

5 Il met les citoyens de la ville dans une politique de dépendance financière contre leur grès.

Pour toutes ces raisons, je suis pour une ville sans endettement chronique et propose le remboursement intégral de la dette sur les bases suivantes : 

  • Il est constitué un fond de remboursement municipal, avec appel à emprunt participatif libre auprès des Grenoblois pour rembourser la totalité de la dette.
  • Les souscripteurs sont tous ceux qui souhaitent participer au remboursement. Ils peuvent apporter la somme qu’ils souhaitent ou qu’ils peuvent. Ils peuvent apporter plus. Dans le cadre d’une politique de libre arbitre ils peuvent ne rien apporter. (Ils ne toucheront donc aucun intérêts)
  • Remboursement de l’emprunt dans sa totalité ou la somme maximale apportée par les Grenoblois.
  • Les années suivantes, les fonds habituellement versés aux établissements bancaires sont remboursés aux grenoblois contributeurs. (Moyenne des fonds remboursés depuis 18 ans : 37 millions d’euros/an).
  • La dernière année, les intérêts de l’emprunt sont reversés aux Grenoblois contributeurs. Le modèle est donc libre participatif et juste car proportionnellement intéressant: ceux qui auront investis beaucoup plus que leur part personnelle de dette bénéficieront des intérêts correspondants.
  • Nota : l’investissement et l’emprunt sont des choses nécessaires et utiles lorsqu’ils sont établis dans de justes proportions. Il sera donc de nouveau fait appel aux banques pour des projets lorsque l’endettement aura été ramené remboursé.

La liberté et la responsabilité individuelle sont intimement liées. Il vous appartient de faire un choix personnel devant cette proposition.

Etes-vous pour le remboursement des dettes contractées ?
Etes-vous pour un recourt mesuré à l’emprunt ?
Etes-vous pour l’utilisation d’une gestion financière saine ?

Si vous répondez oui à ces trois questions et si ce programme est le vôtre, il est de votre responsabilité personnelle de vous engager à le faire vivre. Personne ne peut s’engager à votre place, seul vous pouvez le faire. Si ces idées sont les vôtres, agissez, inscrivez-vous à cette liste. Et si en vous émerge l’idée que tout le monde peut faire de la politique, alors proposez-vous pour intégrer le conseil municipal. Tout le monde peut faire de la politique. Le problème de fond est que ceux qui devraient en faire, souvent, ne le savent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.